Non Classé

Cuba : Trinidad

Fraîchement arrivés à Trinidad en Taxi, nous établissons notre QG dans une casa particular qui nous a été recommandé à Cienfuego. Cette fois, il s’agit d’une famille beaucoup plus particular et moins casa : la mère, la grand mère et la petite Theresa nous accueillent plus chaleureusement que dans les autres maisons. On y découvre aussi le « plus » de l’établissement : Tigre, un chaton curieux et attachant.

Notre première journée se fera à la plage. Après une âpre négociation de … 10 secondes, un ‘non tant pis’ et un ‘ok 6 CUC’ du rabatteur – classique – nous montons à bord d’une Lada dont le contrôle technique semble léger. Aucun des indicateurs du tableau de bord ne fonctionne. Au bout de 20 minutes, le son à fond et quelques dépassements sportifs de calèches, le paysage d’arbres et de champs se change en un horizon bleu. Dans la voiture déjà, les yeux s’écarquillent.

La plage de Trinidad est très très très belle. Quelques paillotes pour se réhydrater, des parasols en bambou pour se protéger du soleil, des transat, du soleil et peu de monde. Ne touchez à rien, merci.

Ha non, si, ajoutez un truc : un catamaran et de la plongée sous-marine. Possible ? Bien entendu ! Le bonomique Oralbi (je ne ments pas, c’est son prénom), nous fera rêver pendant une heure. A bord de son catamaran, nous filons vers la barrière de corail dans une eau bleue transparente . Il fait chaud, l’eau est juste à la bonne température. Magique.

Les autres jours seront rythmés par la visites de musés et galeries. Trinidad est assez bien fournie en la matière : Musée de l’art, musée de los bandidos ou encore le musée du romantisme que nous ne trouverons jamais (le romantisme ayant peut être lui même disparu).
Autre activité d’ une journée typique à Cuba : chercher de l’eau et les mojitos les moins chers. Ce sera un échec pour le premier, une victoire pour le second.

Une de nos soirées sera marquée par la rencontre de 3 francophones, suisses d’adoption, loin de leur paysages enneigés. Nous sympathisons jusqu’à l’arrivée d’un cubain qui dira s’appeler Michael (Bien sur). La technique d’incruste est connue*. .
Dommage pour lui, le groupe est soudé et voit venir le plan. On cédera juste à une de ses propositions:  un restaurant juste à coté, à prix négocié. Méfiants, nous tentons l’expérience avec nos nouveaux camarades. Le repas se déroulera comme convenu, au prix convenu, mis à part une dernière tentative de notre pote Michael qui souhaitait se faire inviter. Merci mais non merci.

 

 

*Généralement, ça fonctionne comme ça : un mec repère une personne ou un groupe d’étranger, sympathise vaguement, se place à proximité pour discuter, et très vite, le mec tente de vous vendre un truc : une casa particular, un restaurant, des cigares… et si il échoue, pas grave, il tente de se faire payer des verres

Autres articles en relation

Cuba : Trinidad

Précautions santé

Visa pour le Cambodge

Point météo

Le corner Non classé

©Allezaplus.fr - Tous droits réservés - 2015/2016